Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Vinyls

  • Un monument

    Tout ce qui est doit disparaître. On a beau le savoir, on ne peut imaginer que la Tour Eiffel puisse s’évaporer du jour au lendemain. Alors, les Parisiens passent devant sans même la regarder, comme les New-yorkais devant les Twin Towers, jusqu’à ce qu’on les renomme « Ground Zero ».

    Lire la suite

  • Chansons d’automne

    Les sanglots longs
    Des violons
    De l'automne
    Blessent mon cœur
    D'une langueur
    Monotone.

    Chantait Paul Verlaine en 1866.

    Pour Les Vinyls, l’automne, et en particulier le mois d’octobre, n’a pas été monotone, loin de là.

    22519220_1544187405624355_4950056467047777210_n.jpg

    Lire la suite

  • Chaud et froid

    Avec l’arrivée en France du Rock’n’roll américain entre la fin des années 50 et le début des sixties, sont arrivés tous les poncifs qui allaient avec : grosses Harley, tiags, et tout le tintouin.

    Lire la suite