Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De Bric et de Broc (and roll)

D’habitude, lorsqu’un concert est annoncé, je vais voir sur internet le site de l’organisateur, sa page Facebook pour savoir s’il y a des détails, des affiches ou autres pour les faire connaitre aux fans des Vinyls.

Or, lorsque j’ai cherché le « New Garage Sixties » à Saint-Trivier-sur-Moignans, sur internet, rien. Aucun site, aucune page, aucune adresse… Inquiétant…

En ce 6 octobre, après 440 km dans le camion des Vinyls, nous arrivons à Saint-Trivier-sur-Moignans.

Un panneau écrit à la main nous indique la direction pour aller au « New Garage Sixties ». Au beau milieu de nulle part, se dresse un corps de ferme, dont sans doute une ancienne étable ou quelque chose comme ça, c’est ça le « New Garage Sixties ».

Le lieu est assez indescriptible, mais tout ce que l’on pouvait trouver dans les années soixante se trouve ici : les murs sont couverts de photos de l’époque, de guitares, de vélos, de scooters. Il y a un jukebox et des New garage 60's-3.jpgflippers, même les tables et les chaises ont connu les trente glorieuses. La scène est une mezzanine surplombant la salle et trois boxes dans lesquels il y a deux minis Austin encadrant une auto-tamponneuse. Charles Trenet et son Jardin extraordinaire en aurait été baba.

New garage 60's-4.jpg

New garage 60's-1.jpg

Et puis il y a le patron : Marco. Un homme débonnaire dont la gentillesse se lit sur le visage. Il a le cœur sur une main, l’autre étant occupée à servir l’apéro. Internet ? Facebook ? Rien à foutre. Il sait que les habitués viennent tous dès qu’il y a un concert, car ils savent qu’il y aura de la bonne musique et de la bière. Et si la recette suffit à couvrir le cachet des musiciens et à rembourser les boissons, il ne demande rien de plus. Il ne fait pas ça pour l’argent, mais pour le plaisir. C’est un véritable épicurien.

Quant aux habitués, ils viennent en costumes sixties et dansent jusqu’au bout avec un réel plaisir.

Si vous n’avez pas peur de vous perdre dans la campagne Domboise et avez envie de faire un saut dans le temps du côté des années soixante, n’hésitez pas à faire le déplacement au New Garage Sixties et dites à Marco que vous venez de notre part.

 

Écrire un commentaire

Optionnel