Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chaud et froid

Avec l’arrivée en France du Rock’n’roll américain entre la fin des années 50 et le début des sixties, sont arrivés tous les poncifs qui allaient avec : grosses Harley, tiags, et tout le tintouin.

 

A 12 ou 13 ans, tout ce qu’on pouvait rêver pour jouer à l’équipée sauvage, c’était une mobylette. Il y avait les bleues et les oranges. Moi, celle que je voulais, c’était la Flandria Ultra Sport. La bleue, qui ressemblait plus à une moto et faisait plein de bruit. Mais ça ne s’est pas fait. Tout ce que j’ai pu avoir, c’est qu’un copain me prête son Solex pendant les vacances. Là, à fond la caisse (30km/h), je me prenais pour Marlon Brando jusqu’à ce que je dérape et me casse la figure.

Je n’aurais jamais imaginé que l’engouement pour les mobylettes perdure jusqu’à nos jours, au point où un festival leur est consacré chaque année : le Rockabylette Vintage Festival, qui se déroule à Luzy dans la Nièvre.

Imaginez un village de moins de 2000 habitants dont la population passe à 20000 au cours des trois jours que durent le festival. Il faut dire que les organisateurs mettent le paquet avec de nombreuses expositions de vieilles voitures, mobylettes, des courses de brouettes et de nombreuses animations se déroulant dans la joie, la bonne humeur et une chaleur de juillet et de tous les diables. Nous, Les Vinyls, avons eu le plaisir de participer à cet événement. Le Rock’n’roll rimait avec bière et les 4000 personnes de toutes les générations présentes pendant notre concert savaient danser sans renverser leur verre.

C’était le dernier concert avant les vacances.

La rentrée s’est déroulée le 9 septembre à Auxerre pour le 14ème Festival Wood'coxerre qui regroupe tout ce qu’on peut trouver de mieux comme véhicule Volkswagen des années 60, de la fameuse coccinelle déclinée dans toutes les customisations possibles jusqu’au fameux minibus du « baba cool cradoque ».

Hélas, seul le temps n’était pas au rendez-vous. Il pleuvait des cordes au point où pendant notre concert, un bénévole passait de temps en temps avec un grand balais pour chasser l’eau qui s’accumulait sur la scène et recouvrait les câbles. Le froid également s’était invité. Il n’y a eu que quelques courageux à participer à la fête, se réchauffant comme ils pouvaient, en se serrant les uns contre les autres ou en dansant. Les autres étant partis s’abriter ailleurs. Heureusement, la pluie a cessé un peu avant la fin de notre prestation et tous les visiteurs du festival sont venus nous rejoindre devant la scène pour le final.

Après ces chauds et  froids de l’été, un autre froid et chaud s’est produit au sein du groupe : en effet, le guitariste soliste, Sébastien Crespi, ayant manifesté  depuis un certain temps son souhait de quitter les Vinyls pour des raisons de divergences quant à sa conception du groupe et celles des autres membres, il a été exaucé. Mais après ce coup de froid, le coup de chaud est rapidement venu avec l’arrivée du nouveau soliste qui n’est autre que Francky Gumbo, l’ancien guitariste, entre autres, des Capitols, avec sa technique accomplie et son jeux 100% Rock’n’roll.

Francky 1ère.jpg

Avec lui, le groupe va prendre une nouvelle dynamique et son véritable essor va pouvoir commencer.

GP

Commentaires

  • Bienvenue a "guitare man" Fancky pour nouvelle aventure avec les Vinyls.

Écrire un commentaire

Optionnel